Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au fil de ma plume s'écrivent des mots d'amour

Armure

Qu'il est difficile parfois de se laisser aimer,
De laisser l'autre nous approcher,
De le laisser entrer,
Risquer de saccager,
Ce qu'on prend soin, 
Profond secret,
De protéger.

Ce n'est pas le corps...
Le corps s'offre, s'ouvre 
Et s'abandonne.
Il vibre en osmose avec cet autre corps.
Il tremble aussi
Quand vient l'emphase,
Les cris d'extase. 
Il meurt un peu, il défaillit.

Ce n'est pas le corps non...
C'est le coeur,
Verrouillé,
Cadenassé,
Réservé sans doute 
A un autre qui l'a délaissé.
Alors on refuse ...
Les mots caressants,
Les confidences,
Les projets pressants,
Les promesses et l'alliance.

Le corps se livre.
Il lâche prise.
Il donne l'illusion qu'opère la magie,
Que prospère l'harmonie.
Mais dès le trouble passé,
Dès que de peau et de salive 
On est desalteré,
On se referme, 
Se recroqueville.
On protège son coeur meurtri
Qui n'y croit plus,
Qui ne veut plus 
Qu'on l'abreuve à l'infini,
De paroles vaines et tortueuses 
De mélodies persifleuses... 
Et l'on réclame le silence !
On ordonne l'absence !
Et que ne reste auprès de soi
Que le vide et le froid du lit 
Car de sa seule lumière 
On sait qu'on le réchauffera ! 

On cache sous le fer
D'une solide armure,
Meurtrissures et blessures.
On scelle dans la pierre 
Ses profondes fissures.
Et l'on sourit à celui qui renonce.
On le remercie même,
De ne plus nous infliger
La souffrance d'être aimé
Et d'aimer en retour .... 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article